Vous êtes ici : Accueil > Nos enseignements > Arts > Arts plastiques > INFOS (la section). > T°-SUP/Arts plastiques : orientation, atouts, débouchés, métiers.
Par : SSienne
Publié : 27 mars 2016

T°-SUP/Arts plastiques : orientation, atouts, débouchés, métiers.

Présentation du Post-Bac arts plastiques grâce au parcours d’anciens élèves qui en ont fait leur métier ou pas (à rencontrer lors du "Forum orientation" en janvier). Ce forum est ouvert sur demande au PP à tout élève désireux de se renseigner sur les débouchés en arts plastiques.

LES DEBOUCHES SONT NOMBREUX, EN ECOLE D’ARTS APPLIQUES OU EN ECOLES GENERALISTES A COULEUR CULTURELLE :

1/ Un tiers des élèves de la L arts plastiques continuent dans une voie artistique (Grandes écoles d’art, Métiers d’art, MANAA, Prépas) ; ils se servent de leur dossier de productions, de leurs connaissances en histoire de l’art et de leur aisance à l’oral pour les oraux ou concours ; et ils se servent aussi de ce bagage comme culture fondamentale et ensemble de méthodes acquises qui font la différence par la suite dans la formation choisie, que ce soit en Arts plastiques ou en Arts appliqués. Cette culture et ces méthodes constituent une avance, un gain de maturité et de temps non négligeable, car les études sont intenses et chronophages (autant qu’en école de médecine). A savoir aussi, dans tout cursus d’arts appliqués, au moins 10 heures sont consacrées aux arts plastiques proprement dits, qui sont le fondement de toute démarche créative. Habitués à pratiquer en projets, par démarche, et à défendre par l’argumentation les partis pris choisis, les élèves de L arts savent réinvestir ces savoirs dans d’autres domaines de création. A noter que de plus en plus, la L arts plastiques est un critère reconnu par rapport à des élèves qui intègrent directement les formations post-bac de métiers d’arts, d’arts plastiques et d’arts appliqués.

2/ Un tiers des élèves intègre un cursus général avec une composante culturelle importante (Archéologie et patrimoine, Ecole des Hautes Etudes, Khâgne, facultés à dominante culturelle, journalisme, métiers de la culture, psychologie, sciences politiques)  ; les connaissances solides ancrées dans la pratique vécue, la culture de l’élève, sont là aussi un atout reconnu par les écoles et qui est utile par la suite dans les études. En effet, la trans-disciplinarité que permet l’approche culturelle, historienne et artistique des programme de L arts constitue par la suite une demande dans de nombreux masters et diplômes supérieurs. La connaissance très structurée de histoire de l’art est un plus en khâgne, par exemple, et la pratique intime de la production et de l’analyse d’images un plus en psychologie. De même, les connaissances transversales sont une valeur ajoutée pour Science-Pô ou l’EHESS.

3/ Un tiers des élèves vogue vers de nouveaux horizons, très divers (droit, économie, langues, sociologie, anthropologie,…) et garde précieusement la pratique artistique et le goût de la culture pour son plaisir personnel ou comme valeur ajoutée dans ses études. Mais, une fois la spécialisation de ces élèves faite dans une discipline éloignée des arts, il n’est pas rare de constater un retour vers des métiers où ils retrouvent leurs premières aspirations et savent avec le recul redécouvrir et réexploiter leur savoir : éco-droit et droits d’auteurs se complètent, économie et métiers de l’édition font bon ménage, ainsi que les langues et les métiers du patrimoine.

EN GENERAL, QUALITE ET ATOUTS DE LA FORMATION POUR LES CONCOURS GENERAUX ET CULTURELS :
L’option arts plastiques au bac est un atout pour quantité de prolongements post-bac et pour la vie d’adulte de chacun. Les raisons en sont évidentes, évoquées dans la partie « Les arts plastiques, enseignement, pédagogie et programmes » : chaque élève est amené à réfléchir progressivement par lui-même en partant de lui-même, sur des contenus complexes, en confrontation permanente avec autrui et avec un champ référentiel large, rigoureux et à la pointe : celui de l’histoire de l’art et des artistes de l’extrême contemporain. L’apport combiné des autres disciplines de sciences humaines de la L renforcent l’aptitude au positionnement argumenté. En cela, la formation donnée est très solide. Elle permet une adaptation à de nombreuses demandes ultérieures, dès qu’il s’agit d’histoire, d’argumentation et d’ouverture culturelle.

CONNAISSANCE INTIME ET VECUE DES SAVOIRS TRANSFERABLE A L’ORAL ET A L’ECRIT SOUS FORME DE CULTURE, DE CAPACITES CREATIVES, ET DE CONFIANCE EN SOI :
Car en effet, si contre toute idée reçue, il n’y a ni génialité en arts plastiques, ni flou artistique, de meme la L arts plastiques ne conduit pas forcément les élèves à être artistes ou écrivains. Le sens, construit progressivement par le plaisir, l’intuition et l’approfondissement est un sens vécu, très solide, qui transforme méthodiquement les questionnements de chacun en un savoir exprimable par des mots précis, en un ensemble de choix et de valeurs reposant sur une élaboration construite. De fait, possédant des connaissances en histoire bien ancrées, d’une capacité d’expression-conceptualisation et d’une réflexion créative basée sur l’analyse et la résolution de "problèmes", les élèves sont armés pour l’oral, l’écrit. Ils sont capables d’une réflexion face à un problème nouveau donné, face au jugement d’autrui dans de nombreuses situations et types d’épreuves.

L’ORIENTATION EN QUATRE POINTS :
1/ Le forum d’orientation à Camus : {{}} L’orientation vers une école et un métier se fait par l’organisation chaque année d’un forum d’orientation au lycée en janvier, à l’occasion duquel d’anciens élèves viennent parler de leur parcours et de leurs choix, et auxquels sont conviés tous les élèves du lycée, de la seconde à la terminale (sur demande faite au PP). Des informations y sont données par les anciens élèves et des rencontres individuelles fructueuses sont mises en place pour échanger sur les parcours et possibilités. Pourquoi ce forum, dés la seconde ? Car une réalité essentielle est à prendre en compte : l’orientation se mûrit d’année en année, par la force du propre mûrissement de chacun, des informations glanées et de la connaissance du parcours d’autres personnes. En cela, c’est un cheminement non figé : J’invite chacun à y réfléchir en intégrant l’idée que la rencontre physique y est primordiale, les double-cursus souvent riches, et le déplacement (à tous les sens du terme), fructueux.

2/ Les Journées Portes ouvertes des écoles d’art : {{}} Les élèves sont invités dès la seconde à aller chaque année en janvier-février aux journées portes-ouvertes des écoles d’art et dans les différents forums étudiants pour prendre la température des lieux de formation post-bac, s’informer, rencontrer, et parvenir à se projeter. En effet, existent quantité de formations, d’écoles diplômantes, mais aussi de parcours à connaître, qui combinent les unes et les autres. Manaa à Estienne, Duperré, Olivier de Serres, Boulle, Prépa à l’Atelier de Sèvres, à Condé, à l’Epsaa, Beaux-arts de Paris, de Cergy, Pôle multimédia L. de Vinci, ou encore Khâgnes, IEP, écoles de communication et cursus universitaires à couleur artistique...ne sont qu’un infime aperçu du panel des possibles.

3/ Rendez-vous individuels avec l’enseignant d’arts plastiques : Je tiens à la disposition de tout parent ou élève de la section désireux d’en savoir plus un dossier très complet sur les formations, écoles et cursus possibles. Connaissant bien les élèves et discutant régulièrement d’orientation avec eux, je peux également informer et éclairer sur des parcours possibles en plusieurs RV particuliers, et ce afin que ma connaissance de la personnalité, de la démarche et du profil artistique de chacun puisse l’aider à cheminer parmi le réseau très important des possibles. La demande de rendez-vous se fait par le carnet de correspondance.

4/ Autres rendez-vous : En plus des rendez-vous que vous pouvez prendre auprès de Me Pastel, Conseillère d’orientation psychologue du lycée, n’oubliez pas le CIO, les forums étudiants. Ne manquez pas non plus intramuros : 1/ les Journées portes ouvertes 2/ les Rencontres parents-professeurs.

TEMOIGNAGES D’ETUDIANTS, CONTRE LES CLICHES REPANDUS...
Témoignages d’étudiants : où l’on voit que les apprentissages de la L art à Camus sont adaptés aux différents cursus  : culture, histoire des arts, pratique réflexive en projets, argumentation et carnet de travail, de croquis. Autre cliché mis à mal : de nombreux élèves de L intègrent l’école de leur choix (en s’y prenant assez tôt, bien sûr, et en prenant en compte la demande propre au concours d’entrée de école).
http://www.letudiant.fr/etudes/ecol...

Sophie Sienne, professeur d’arts plastiques.